microbiote instestinal

Notre microbiote intestinal est un vaste écosystème de bactéries, levures, champignons et même virus qui nous aident à contrôler notre poids, à combattre les infections, à réguler notre sommeil et bien plus encore !

Comme tout environnement sur la planète, notre corps a ses propres écosystèmes, composés de 100 000 milliards de microorganismes, ou microbes, qui vivent dans et sur notre corps. Cela inclut les bactéries, les champignons, les virus et autres types de micro-organismes. Il est si grand que les gènes des microbes sont 100 fois plus nombreux que ceux de notre corps.

Le microbiote intestinal

En ce qui concerne le microbiote , le gros intestin (ou le côlon) reçoit le plus d’attention, car il contient la concentration la plus élevée et la plus grande diversité de microbes dans tout le corps. Le gros intestin est tapissé d’une couche de mucus et les microbes qui y vivent forment un biofilm intestinal. Le biofilm contient un éventail de microbes qui effectuent différentes tâches dans votre corps et qui travaillent ensemble pour vous maintenir en bonne santé.

Ce qui est encore plus fascinant, c’est que chaque personne a une composition unique de microbes.

Ce qui détermine les différents types de microbes chez une personne, est le résultat de ses gènes, de son âge, de son sexe, de son régime alimentaire, de son hygiène et même du climat dans lequel vous vivez et de votre profession. En fait, des études montrent que le microbiome intestinal affecte tout, de la douleur à l’humeur en passant par le sommeil et le stress, en passant par la manière dont notre corps utilise la nourriture que nous mangeons et dont nous combattons les infections.

Comment notre microbiote nous affecte

Voici quatre façons dont votre microbiote peut avoir un impact sur le reste de votre corps et votre esprit.

1. nutrition

En ce qui concerne notre régime alimentaire, notre santé intestinale affecte ce que nous mangeons et vice-versa – ce que nous mangeons affecte notre santé intestinale. Les microbes dans notre intestin forment de petites molécules qui voyagent dans le sang. Ces molécules affectent la manière dont notre corps stocke les nutriments, utilise le sucre, régule nos appétits et contrôle notre poids. Les aliments que nous mangeons jouent également un rôle important pour la santé intestinale optimale.

Les régimes dits «occidentaux», à savoir des régimes riches en lipides et en glucides ou sucres hautement raffinés, peuvent entraîner un déséquilibre entre les bonnes et les mauvaises bactéries de l’intestin. En fait, les personnes qui consomment de grandes quantités de ces aliments hautement transformés peuvent développer un syndrome de fuites intestinales, une affection dans laquelle les jonctions serrées du gros intestin s’ouvrent et permettent aux bactéries et à leurs toxines de passer. Ceci, à son tour, peut déclencher une réponse inflammatoire.

La science émergente suggère également que consommer une trop grande quantité de ces aliments érode également la couche de mucus qui protège les cellules intestinales du contact direct avec les microbes de l’intestin et contribue à l’inflammation.

Les aliments riches en fibres, comme les fruits, les légumes et les céréales complètes, ainsi que ceux contenant des prébiotiques ou des probiotiques (comme le kéfir ou le yogourt) sont bénéfiques pour la santé de l’intestin.

2. sommeil et humeur

Les gens disent souvent «tout est dans ta tête», mais des recherches ont montré que toute cette angoisse peut en réalité commencer dans l’intestin.

Surnommé le deuxième cerveau, le système nerveux entérique dans l’intestin contient 30 types de neurotransmetteurs et 100 millions de neurones. Quatre-vingt-dix pour cent de la sérotonine, qui contribue à la production de mélatonine, l’hormone du sommeil, est située dans l’intestin. Il y a aussi 400 fois plus de mélatonine dans les intestins que dans le cerveau.

Ces dernières années, des études ont été consacrées à «l’axe intestin-cerveau» et à l‘incidence de la santé intestinale sur la douleur, le sommeil, la dépression et l’anxiété. En fait, une étude préclinique récente suggère que la consommation de suppléments en probiotiques pourrait être en mesure de renverser la dépression .

3. Inflammation et infection

Le microbiote intestinal contribue également à maintenir notre corps en bonne santé, car les microbes agissent pour repousser les bactéries nocives telles que celles qui causent les infections. L’intestin contient également des bactéries qui libèrent des composés capables de réduire l’inflammation dans tout le corps et de prévenir une attaque du système immunitaire.

4. peau

En plus d’aider à garder notre esprit et notre corps en bonne santé, des recherches ont montré qu’un microbiote sain permet également de garder notre peau en bonne santé. Les parties huileuses du corps – comme le dos ou le visage – ont tendance à avoir moins de types de microbes car l’huile est antimicrobienne, ce qui empêche les bactéries d’entrer.

Ces microbes transforment également les huiles de la peau en hydratants naturels pour garder la peau douce et souple. Et lorsque la peau est hydratée, elle empêche également les bactéries d’envahir notre corps.

Comment avoir un bon microbiote ?

A prendre en compte : l’alimentation, le mode de vie, l’environnement

Il est de plus en plus reconnu que le régime alimentaire, le mode de vie et d’autres facteurs environnementaux jouent un rôle dans la modulation de la composition et de l’activité métabolique du microbiote intestinal, ce qui peut avoir une incidence sur la santé en général.

  • Régime alimentaire à l’adolescence et à l’âge adulte
  • Mode de vie
  • Médicaments
  • L’environnement
  • Produits chimiques
  • Antibiotiques

Régime alimentaire

Le «régime occidental» standard, qui regorge d’aliments transformés, expose également l’intestin à un large éventail d’additifs alimentaires nocifs. L’un des groupes d’additifs alimentaires les plus étudiés est celui des émulsifiants, qui sont ajoutés à la plupart des aliments transformés pour en améliorer la texture et en prolonger la durée de conservation. De nombreuses études démontrent les effets néfastes des émulsifiants et leur rôle dans la dysbiose intestinale. Il faut s’interroger sur l’effet des centaines d’autres additifs alimentaires sur le bon fonctionnement de l’intestin.

En revanche, les régimes alimentaires méditerranéens sont caractérisés par la consommation d’aliments entiers, de grains entiers, de légumineuses, de noix, de légumes et de fruits, consommés en grande quantité et fréquemment. Ces types de régimes comprennent également une réduction de la consommation de poisson ou de fruits de mer, de viande blanche et d’œufs, de faibles à modérées quantités de volaille et de produits laitiers et une consommation minimale d’alcool. La principale source de graisses alimentaires provient de l’huile d’olive. La consommation d’eau est également généralement élevée.

Mode de vie

Des études ont montré que l’arsenic, le chlore et le cadmium dans l’eau de boisson peuvent modifier la composition du microbiote intestinal. De même, il existe des preuves à l’appui de l’hypothèse selon laquelle un stress psycho-émotionnel chronique peut avoir un impact négatif sur le microbiote intestinal et influer directement sur l’axe intestin-cerveau.

Quelles sont les conséquences potentielles d’un microbiote intestinal malsain?

La dysbiose, qui peut être décrite comme un déséquilibre de la flore dans le microbiote intestinal, a été associée à un large éventail de problèmes médicaux, notamment:

  • allergies
  • Démence d’Alzheimer
  • Anxiété
  • Asthme
  • La dermatite atopique
  • Autisme
  • Conditions auto-immunes
  • Cancer (colorectal, sein, ovaire, endomètre)
  • Maladie coeliaque
  • Syndrome de fatigue chronique
  • Développement cognitif, troubles cérébraux
  • Polypes du côlon
  • Maladie de l’artère coronaire
  • Dépression
  • Diabète
  • Eczéma
  • Maladie inflammatoire chronique de l’intestin (colite ulcéreuse, maladie de Crohn)
  • Syndrome du côlon irritable (SCI)
  • Syndrome métabolique
  • Sclérose en plaque
  • Maladie neurodéveloppementale, maladies neurodégénératives
  • Obésité
  • Maladie du pancréas
  • la maladie de Parkinson
  • Prolifération bactérienne dans l’intestin grêle (SIBO)
  • Troubles cutanés tels qu’eczéma, psoriasis, couperose
  • Inflammation systémique
  • Maladie thyroïdienne
  • Vitiligo

En examinant la longue liste de maladies énumérées ci-dessus, nous pouvons réfléchir à l’importance relative du microbiote intestinal. Ce faisant, sachez que le microbiome intestinal ressemble beaucoup à son propre système immunitaire : un ensemble de cellules qui fonctionnent à l’unisson avec le corps humain et qui peuvent favoriser la santé, mais parfois même initier une maladie.

La connaissance des facteurs qui affectent le microbiote intestinal revêt une grande importance car la dysbiose du microbiote intestinal peut être impliquée dans de nombreuses maladies.

*****************